La Debrouille Cie.

23 janvier 2011

Si c'était une ville...

[ Cliquez concomitamment sur Ctrl et +, le texte grossira. Ctrl et -, il se réduira.

Plusieurs fois si vous voulez. ]

____________

.

Pour l'atelier-adultes du mercredi soir depuis le début, je cherche à tout prix un taf à faire qui occuperait tout le monde et où chacun mettant un peu de ce qui lui est connu, personnel, intime et s'y appliquant, l'ensemble ferait un tout universel.

C'est un rêve je sais, mais il fallait bien commencer par quelque chose, j'avais amassé depuis deux ou trois semaines du bois de cagette, du carton sur le parking même, en bas de l'atelier pensant organiser un petit jeu de construction et puis un soir, dans les mêmes poubelles, j'ai vu une petite palette disons même que je l'ai regardé, envisagé et collé dessus quelques bouts de mon rêve puis, j'ai mis l'over-drive et c'est allé tout seul...

__03_Il_y_avait_cette_palette

L'un a dit :

__04_Il_y_avait_cette_palette

On l'a fait.

__05_Il_y_avait_cette_palette

De sugestions en sugestions le terrain peu à peu s'organise, se partage, s'humanise.

__06_Il_y_avait_cette_palette

Le bastion primitif, signe de vigilance et d'autorité donnera l'échelle de ce qu'il y aura autour..

Bastion

L'usine en chantier.

L_usine_en_construction

-

__07_Il_y_avait_cette_palette

En haut c'est le genre château fort pour affermir la vigilance et bien asseoir l'autorité.

Je crois que jusque là, nous n'allons pas chercher bien loin...

bastion_fortifi_

L'herbe sera verte et les toits rouges. Les pierres couleur de pierre.

3_Ch_teau_color

L'usine est comme une vraie usine pour bien que ça tafe,

près de la rivière pour bien que ça circule, que ça pompe et que ça évacue.

(dans mon rêve ce coin doit ressembler aux alentours de Lyon sur le Rhône avec Rh^ne-Poulenc, Ugine-Kulman

et tous ces amis de l'Humanité.

L_usine

La brique sera couleur brique et le sol en bitume.

L_usine_color

Mais où va t-on chercher tout ça ?!?

B'en, dans la réalité car dans mon rêve le quartier des usines ressemble à ça :

L_usine

car comme dans la réalité, le rêve peut devenir un cauchemare.

Comme dans la vie...

Les berges auront la couleur des berges telles que les rêve Bertrand Delanoë, c'est dans les projets à long termes.

Les nôtre sont déjà là. Nous y mettrons des guinguettes, de barques, des promeneurs...

Les_berges

Nous en sommes là. Ce n'est pas encore peint.

Maintenant l'échelle est donnée, les zones réparties, il faut finir.

J'ai l'impression qu'on pourrait y passer l'année.

Tout sera peint à l'acrylique avec 3 (trois) couleurs primaires et notre science absolue du cercle chromatique.

cercle_chromatique

Ce spectre là qui est dans ma tête, je ne l'ai encore montré à personne.

Je l'ai expliqué au mieux le pinceau à la main sur une feuille blanche

avec les trois petits tubes d'acrylique, plus le blanc et le noir.

Ce fut vite compris sans trop avoir à parler, vite expérimenté, des feuilles en gardent la trace.

Toutes pareilles, toutes différentes.

Les couleurs seront plus subtiles que celles pixelisées qui sont sur ces croquis.

.

Dans mon rêve toujours :

Autour de l'usine il y aura d'autres usines et une cité ouvrière avec autour la zone pavillonaire.

Il y aura aussi un quartier d'affaires genre La Défense.

Le village grossira, la plaine sera cultivée. Il y aura du bétail.

Une ferme, un zoo, une école, un hôpital, un luna park enfin, ce que voudront les gars.

Moi perso, je veux juste un cimetière à l'ombre du château dont je sais déjà le nom :

ce sera le cimetière du Père Lachèze.

Pour les deux îles je proposerai les noms de "Île du Calme" et "Île de La Volupté".

Le pont pourrait s'appeler "Petit Pont en Bois de la Retraite Heureuse".

D'autres noms viendront de qui voudra.

De qui saura.

Tout doit être nommé et tout sera écrit sur des petits panneaux un peu comme sur la carte du Seigneur Des Anneaux mais pour l'heure je crois que personne ne connait cette carte à l'atelier d'arts-plastiques mais si ce n'est pas celle-ci j'en ai deux autres qui sont tout aussi bien pour l'exemple.

L'une s'appelle La Carte du Tendre et l'autre La Carte du Dur.

Tout un panorama...

.

Voici quelques photos, je trouve ça bien joli.

Dites-moi si j'éxagère...

_Man_at_work_06

-

_Man_at_work_05

-

_Man_at_work_04

-

_Man_at_work_03

.

.

Posté par debrouille cie à 19:38 - Commentaires [0] - Permalien [#]


29 décembre 2010

Une étoile pour Bècheville.

toutes les photos illustrant cet article ont été collectées sur le site de la ville des Mureaux à cette page :

http://www.lesmureaux.fr/index.php/Cadre%20de%20vie?idpage=7&idmetacontenu=82930

_______________________________________________________________________

Voilà comment cela s'est terminé dans le hall de la mairie des Mureaux le 23 décembre 2010 en fin de matinée.

Le jour  J et l'heure H de cette installation étaient ainsi programmée et nous nous y sommes tenu.

Nous avons ainsi pu poser pour cette photo commémorative de l'évènement et tout le monde est reparti fier et content me semble t-il pour aller déjeuner :

Mairie_des_Mureaux_04

Comment cela est-il arrivé ?

H-10mn : Le camion municipal est venu vers 10:30 à Bècheville et trois gars ont apporté l'étoile jusqu'au hall de la mairie, l'ont posé bien au milieu.

Soigneux les gars. Professionels. (un peu surpris je crois bien et amusés peut-être.)

Le tout fait 4m d'envergure, 50cm de haut et doit peser 2 kilos, c'est en bois de sapin teint au brou de noix, fil de maçon pour les attaches

et sacs plastiques pour les pompons.

Mairie_des_Mureaux_02

H-8mn : J'ai enlevé le fil-de-fer qui servait d'étai pendant la construction.

Mairie_des_Mureaux_07

H-6mn : Délicatement retenue par le gars et gentiment poussée par moi,

l'étoile s'est ouverte comme un parasol .

Mairie_des_Mureaux_01

H-2mn : J'ai tapoté sur le dessus et les 5 petits fils se sont plaqués au sol dans leur ordre impéccable

et ont donné à l'étoile sa stature aérienne auto-portée telle que jusqu'à cette seconde même je ne pouvais croire qu'elle eut pu fonctionner aussi bien ici, grandeur nature, que sur nos maquettes préparatoires à l'échelle 1/10ème d'abord puis à l'échelle 1/2.

Mairie_des_Mureaux_03

... 3 - 2 - 1 - Zéro vous savez qu'aux Mureaux est implanté EADS... Ariane, vous connaissez ? : Comme mon souffle, accrochée à rien, soutenue par rien, l'étoile est restée là, flottante, le sommet  (pompon noir et argent) culminant à 50cm.

Nous la rêvions ainsi et nous avons travaillé pour.

Néanmoins, que tout tombe ainsi, bien d'équerre, très léger, très stable, me semblait devoir être jusqu'à la veille au soir et même tôt le matin, incertain, douteux, trop beau pour que cela puisse être vrai et pourtant, c'est exactement ce que cela fut.

Mairie_des_Mureaux_06

Voici une équipe satisfaite à ce qu'a pu me révéler un rapide sondage sur 100% des ouvriers ici présents ayant peu ou prou participé à la fabrication du truc et sans qui cela ne pouvait advenir.

Idem satisfecit auprés du panel représentatif des 3 conducteurs de travaux & stagiaires qui m'ont assuré de leur rigolo emmerveillement. Avec des mots ou avec un pouce en l'air et juste quelques encourageants sourires.

Idem pour trois mères d'enfants accompagnatrices dont l'une a dit avoir eu la veille au soir avec son mari, une leçon de découpage de sac par leur gamin ravi, initié l'après-midi même.

Idem encore pour deux passantes anonymes dans le hall, venues sans doute pour des formalités et qui, surprises, m'ont dit que "vraiment oui, ça rend bien".

Idem pour l'ingénieur-en-chef ici à droite qui, s'il paraît un peu fier, c'est qu'il l'était beaucoup.

- C'est entendu mais cela ne dit pas

Comment cela est-il arrivé ?

J-3 : Je suis arrivé sous une tempête de neige le lundi dans le break où tout était tétristiquement plié.

On m'ouvrit un superbe gymnase dont les tatamis soigneusement empilés feraient une table de travail excellente.

Pour commencer, avant l'arivée du premier groupe, j'aligne 4 tables que je recouvre de papier blanc - récup' d'affiches offertes par la maison - sur lesquelles je pose ces 8 pages A4 cernée de noir, numérotée de 1 à 8.

Travail de recherche, de documentation, de rédaction, de maquette, d'impression, ça ne se fait pas en soufflant dessus.

Toute la Débrouille Cie à tafé à Paris. C'était à J-15 et ce fut prêt à J-5 pck'on est des rapides....

Cliquez sur chaque petite image elle s'ouvrira en grand et vous pourrez tout lire si ça vous intéresse.

Mais lisez même si ça ne vous intéresse pas. Après ça vous intéressera et mieux, ça vous concernera.

Il le faut.

Plastiques___01 Plastiques___02 Plastiques___03 Plastiques___04

Plastiques___05 Plastiques___06 Plastiques___07 Plastiques___08

Cette table à l'entrée du gymnase était l'introduction à chacun des ateliers.

J'en faisais en 3 ou 4 minutes un bref résumé, pointais quelques photos, posais une question et donnais trois réponses

"Mais m'sieur, est-ce que le photographe y peut pas enlever le sac à la tortue ?"

- Peut-être l'a t-il fait. " Quant à la déontologie des photographes de guerre c'est un vaste débat mais pas pour aujourd'hui...

Ce n'était non plus l'heure de la lecture ni de l'explication de texte pour cette poignée de 6/10 ans en vacances de Noël et je conseillais simplement aux animateurs de lire tout rapidement afin de pouvoir répondre à d'éventuelles questions.

Après cette table était une autre table, recouverte comme l'autre et chargée d'une quinzaine d'objets qui faisaient l'exposition qu'on dit "pédagogique".

J'avais sélectionné ces objets à l'étal de notre boutique.

Tous objets tricotés ou tressés en fil de sacs plastique tels que les font les dames du GAFREH au Burkina Faso dans la technique qu'elles nous ont enseigné et que nous voulons transmettre.

Voici les dames du GAFREH :

Gafreh_01  Gafreh_02  Gafreh_03

Ceci est un extrait de leur catalogue :

extrait_du_catalogue_de_GAFREH

Joli n'est-ce pas ?

Gafreh_04

Ma table était ainsi garnie.

Avant de passer activement au tripotage de sac, j'invitais à toucher ces objets si peu fragiles.

Je demandais : "En quoi est celui-ci selon vous ? ...non pas en laine, ...non pas en ficelle", etc.

-

Vers J-30 :, lorsque l'idée s'était confirmée que nous ne décorerions l'étoile qu'avec du sac plastique, nous avions rédigé un mode d'emploi capable d'être compris même sans nous, que tout le monde sache reproduire ces gestes simples et puisse les enseigner à d'autres.

Nous offrons ça "cadeaux" car nous savons d'éxpérience que les paroles s'envolent et que les modes-d'emplois restent.

Le voici comme on aime à le faire.

_Faire_un_fil_comme_au_GAFREH

En quinze minutes, exposé et visite passés. je demande à tous de s'assoir sur les tatamis et attire l'attention sur mes mains. Invitant ceux qui sont loin à s'approcher un peu :

"Mais m'sieur, j'y vois là. - Ce n'est pas de voir dont il s'agit mais de regarder. Vous sentez la différence ? on peut voir comme un badaud, il faut regarder comme un espion et me piquer le plan. Comprenez-vous ?"

Cela vient-il de là ? cette jeune-fille de 12/14 ans, un peu lointaine et cependant habile fit en deux heures les + beaux pompons qui soient dont le noir et argent que nous avons mis au faît  et un autre multicolore placé juste en dessous.

Elle en apporta deux autres chez elle après m'avoir demandé si je n'y voyais pas d'inconvénient. Je lui promis que même ceux exposés lui seraient rendus au démontage le 15 janvier. Normal. l'oeuvre est d'abord à celui qui sait la faire...

Sur la fin de séance (la dernière) elle était de fait mon assistante et je lui envoyais les petites et moins petites qui tardaient à finir me permettant ainsi de m'occuper sérieusement des gars, plus chauds pour le goûter imminent que pour la finition délicate du petit noeud double sur la structure de bois.

Je demande alors le silence, je parle moderato. On entendrait presque la neige qui tombe dehors à gros flocons.

Ce sont les ciseaux qui parlent le plus et ce sont les yeux qui les entendent.

Qui les écoutent ! sentez-vous la nuance ?

, Comme sur le mode d'emploi que je donnerai après je pli, je coupe... :

atelier_01

"... bandes égales..."

atelier_03

"... PRESQUE jusque là..."

atelier_04

"... on entre ici...'   

atelier_06

"... on continue là..." 

atelier_05

"... 1er en bas - 1er en haut..."

Puis, le travail collectif commence :

L'animatrice-stagiaire sait le faire...

atelier_07

Lui sait déjà. L'animateur aussi...

atelier_08

L'un sait, l'autre moins et le 3ème hésite.

("Copiez ! Copiez sur ceux qui savent ai-je dit, et ceux qui savent font savoir" )...

atelier_09

Eux savent...

" Euh, msieur, j'ai fini, je peux en faire un autre ? - Ah NON !!! il faut en faire deux, trois !"

atelier_10

les uns n'en font qu'un et ça suffit comme ça...

atelier_20

Lui saura. L'autre a su...

atelier_12

Et toi, tu sais ? oui bon, qui d'autre ?

atelier_13

Sans_titre_ooo1

Tu ne sais pas ? je reprends au début....

atelier_15

lui, je sais qu'il sait...

atelier_16

Elle aussi...

atelier_17

bientôt tous ont leur fil.

atelier_18

Là ça va. Certains en font deux.

atelier_19

Ensuite nous en ferons des pompons selon la méthode simple et rapide que je leur apprendrai.

atelier_21

Ceux qui ont fait leur fil l'étendent au sol, mesurent, comparent, dissertent, s'amusent.

atelier_22

Ils les mettent sur le ventilateur que j'ai arrangé et posé à cet effet. Horizontal.

atelier_24

Pendant ce temps, les animateurs assurant côté sac,

je prends les enfants avec moi par groupe de 2 ou 3.

Au milieu du gymnase nous avons posé les barres en bon ordre dans un pentagone imaginaire et approximatif.

Il s'agit maintenant d'attacher de façon idoine les barres trois par trois avec un double noeud dans de la ficelle de maçon.

Je montre les trous déjà fait que j'agrandi avec une pointe solide

("Ah ça, pas touche hein !!!... Eh ! Qu'est-ce que j'viens d' dire ?!?")

Chacun fera son noeud dans la ficelle qu'il passe trois fois.

Certains veulent en faire plus, ils insistent.

"C'est symbolique leur dis-je, ce n'est qu'un noeud mais c'est TON noeud !

et sans lui, l'étoile ne tiendrait pas. Allé, fais-nous un autre pompon..."

atelier_25

Tu vois où il doit passer ? (ils ont tous vu. Tout est passé. Tout a tenu.)

atelier_26

A ce moment là, je n'aurais pas parié que l'étoile finirait si bien ni même qu'elle finirait.

J'avais tort, c'est entendu mais je crois que les doutes aident plus à construire que les certitudes.

atelier_27

Ceux-là sont partis, d'autres viendront demain, nous finirons tout ça...

atelier_28

Aux ateliers suivants, d'autres ont tourné autour de la même façon et tout fut attaché.

Travail indispensable et certes un peu répétitif mais seulement pour moi remarquez ,bien...

Elle en était là, l'étoile au soir du premier jour.

Au deuxième elle était montée et commençait à se charger de pompons.

Tout allait bien - comme je ne le pensais pas encore - et demain nous donnerait ce qui manquait.

Principalement des pompons.

J'avais apporté une lampe faite à notre atelier. Je l'ai accroché là et j'ai éteinds les néons.

Magique ! (et quelle économie !!!)

atelier_29

Le lendemain j'ai éclairé de la même façon et les gosses sont entrés.

atelier_30

Ils se sont approchés doucement en parlant doucement.

On les aurait dit devant le Jésus de la crêche.

atelier_31

C'est resté comme ça toute la journée, le jour se levant nous suffit à éclairer nos activités dans un calme relatif et doux comme le joyeux babil des travailleurs acharnés.

Ce chaud dedans nous faisait voir dehors comme un univers de glace.

atelier_32

à la fin du troisième jours tout fut achevé et après quelques réglages que je fis le matin seul

le camion de la mairie est arrivé pour tout emporter dans le hall.

- Oui mais quand même, cela ne dit pas

Comment cela est-il arrivé ?

J-30 : C'était fin novembre et nous en étions là, à tirer des plans.

Grâce aux discutions, aux maquettes, la structure s'était allégée, elle était pliable et se tenait debout seule.

Se simplifiant elle nous permettait d'aborder le sujet sensible du déchet par le biais du seul sac plastique qui deviendrait emblématique de tout le reste car tout le reste, comment aurions-nous pu le traiter correctement dans un ateliers de seulement deux heures et demi ?

Qui sait faire ça ?

Chaque groupe se succédant, il était important que tous aient eu in fine le même discours, la même expérience, la même activité et ainsi qu'ils réalisent tous un travail semblable sans avoir été ensemble.

Je serais de fait le seul lien pérenne.

_Plan_d__toile_01

Ce brouillon de projet tracé en 10 minutes nous amena à cette liste d'action qui monopolisera notre temps

et nous fera engager de l'argent pour réaliser une maquette puis deux avant d'acheter et préparer enfin le bois qui ira à Bècheville.

_Plan_d__toile_02

En avancant l'étoile changeait et nous avec.

-  Certes mais 

Comment cela est-il arrivé ?

J-45 : Vers fin octobre nous avions prévu de faire une structure en bois recouverte de grillage et d'y faire installer toutes sortes d'objets réalisés en toutes sortes de déchets.

Projet ambitieux quoiqu'un peu lourd, trop ambitieux et trop lourd pour des séances de deux heures et demi passées avec des 6/10 ans.

Ce n'était qu'un premiers projet, trop complexe, exhaustif, surchargé comme doivent l'être tous les premiers projets.

Irréalisable, irréaliste et en travaillant encore un peu ne pouvions qu'améliorer.

Une__toile_pour_Becheville_01     Une__toile_pour_Becheville_02

Une__toile_pour_Becheville_03   Une__toile_pour_Becheville_04

Une__toile_pour_Becheville_05

Less is more. économie - économie.

Of course but 

How did it happen ?

J-55 : C'est début octobre que le sujet de Bècheville est venu à l'ordre du jour et c'est moi qui fut délégué à cette mission pour mon plus grand plaisir.

Comme ordinairement à la Débrouille Compagnie le projet de chacun est le projet de tous et l'étoile telle qu'elle fut éxposée est aussi dûe aux avis, au soutient, aux recommandations de mes six collègues.

Qu'ils en soient ici remerciés.

Il n'est pas très utile lorsqu'un projet fonctionne bien de se demander comment cela est arrivé (n'est-ce pas ?) cependant mon goût pour la géométrie curieuse est amusante me vient de loin comme on peut le voir sur ce blog.

http://pentagonature.canalblog.com/

J'y mettrais bientôt cette étoile.

.

Posté par debrouille cie à 19:06 - Commentaires [0] - Permalien [#]

18 décembre 2010

Mon bilan de fin d'année pour l'atelier-adultes du Relais Des Carrières.

La Débrouille Cie (animateur : François Lachèze), est au Centre tous les mercredis de 19h30 à 22h.

.

Atelier d'arts plastiques au Relais des Carrières.

Bilan d'un trimestre.

.

Au cours de ces 18 séances de l'atelier d'arts plastiques nous avons pu expérimenter plusieurs techniques et passer de bons moments.

En commençant ce cycle, fort de mes études en école d'arts et de mon expérience d'illustrateur, je m'étais fixé un programme tel que je voulais tout dire, tout montrer, tout passer comme on me l'offrit en 5 ans d'études assidues et 35 ans de métier car oui, j'ai 60 ans...

Un programme ambitieux,

trop ambitieux, élaboré sans connaître mes interlocuteurs, sans savoir leurs motivations à tous, les capacités de chacun, leurs désirs...

Il suffisait de demander, ce que nous fîmes avec Aline et Kérèn dés la fin de la 1ère séance.

La volonté des participants était, ainsi qu'ils nous l'ont dit, de

«passer un bon moment, ne pas se prendre la tête.»

Cela obligea à un peu de souplesse car justement pour moi, l'Art avec un grand A est tout une question de prise de tête car sinon, depuis l'Âge de Pierre jusqu'à Cézanne pourquoi dessiner un mamouth plutôt que le chasser comme la majorité de ses contemporains, pourquoi peindre une pomme plutôt que la manger puisqu'elle est faite pour ça dans la réalité à 1€30 le kg pour le commun des mortels.

Enfin, de Lascaux à Cézanne et jusqu'à Picasso, Warhol et moi il eût été difficile de réduire l'ambition de mes prédécesseurs, de mes pairs, de renier l'essence même de l'Art et j'ai jugé plus sage pour ne pas mettre l'édifice à mal de changer de programme.

Je ne le regrette pas.

Il était évidemment plus simple de mettre mes connaissances au service de leurs volontés, de leurs envies plutôt qu'imposer un savoir académique issu des âges farouches et des cours de ma folle jeunesse.

Nous sommes ici dans le loisir et non dans la formation professionnelle (encore que, ça pourrait...)

Ainsi chaque séance détermine la suivante au grès des demandes et des curiosités de chacun, de ses questions, de ses capacités.

L'idéal serait qu'il y ait un besoin. Forcément, puisque comme dit Denis Diderot :

«l'art qui naît dans la lutte, se nourrit de contraintes et meurt de Liberté.»

Ainsi, ici un soir, Tel veut savoir comment, sur une toile peinte à l'huile qu'il nous montre ( «2 ans de travail» nous dit-il ) il pourrait rendre mieux un nuage qui lui semble trop lourd

Tel autre un autre soir, portraitiste de talent de l'avis de tous, vivant sans doute de vente au noir aux terrasses des cafés, veut savoir comment régulariser sa situation et s'intégrer officiellement dans la corporation des artistes.

Il veut ça dirais-je, avec une volonté farouche.

( je l'ai envoyé à l'AGESSA qui est, comme La Maison Des Artistes, l'organe central de cette corporation et qui lui dira tout sur tout ((à suivre)) ).

_Photo1968.

.

Nous avons commencé par dessiner debout

avec de trop gros pinceaux sur une trop grande feuille posée par terre.

Il s'agissait de prendre contact avec le dessin de façon originale, inattendue.

Presque déstabilisante.

.

_Geste_auguste_de_plasticien

.

J'ai aussi demandé qu'on dessine sans les tables.

Certains ont tenté ce défi extrême, d'autres ont renoncés. Je n'ai pas insisté (mais j'ai les noms...)

Quoiqu'il en soit, j'ai vu cela se faire, au même moment, avec les mêmes outils et dans le même inconfort :

Puis,

nous avons tenté de dessiner en volume avec du fil de fer et ainsi appréhender les formes et l'espace autant dire s'adonner à la Sculpture.

Sans_titre_ooo6

Ensuite, avec du grillage et de la pâte-à-papier, j'ai proposé un travail commun et nous avons cherché un sujet. Une sorte de brain-storming.

Nous devions faire quelque chose d'un peu gros comme une statue à laquelle tous auraient mis la main et où après, le monde mettrait les yeux. Quelque chose de grand, vous imaginez bien. Un truc universel !

L'idée vint de faire une voiture (je déteste les bagnoles),

et nous la fîmes.

Seul l'un d'eux s'y attela mais s'y attela bien et passa les séances suivantes sur ce chantier encore inachevé, qui avance bien et nous occupera quelques séances (encore que nous pourrions y passer l'année).

Pinin Farina aussi a mis du temps sur ses maquettes et c'est vers ça que nous tendons disons que c'est vers ça que je veux tous nous sentir capable....

Sans_titre_ooo3

Vues nos carences, la voiture ressemble plus à celle de Mickey et pour améliorer ça, je vais tenter de la faire aller vers Wallace et Gromit qui est aussi une forme d'art incontestée.

Certains préféraient continuer à jouer du fil-de-fer avec des résultats, à mon goût, plus que probants (visibles dans notre salle).

Quelques soient les résultats, que l'on travaille ou pas, que l'on vienne avec des questions ou juste pour papoter comme dit un autre qui ne veut rien faire et qui ne vient que «pour voir faire les autres», je crois pouvoir dire que

nous passons de bonnes soirées.

Les idées viennent d'elles mêmes.

Comme celle d'un autre participant (ayant travaillé dans la marine marchande), qui sait faire du matelotage et nous montre des techniques de noeuds précises pour faire des porte-clés amusants.

Sans_titre_5

Sans_titre_ooo4

Nous projetons maintenant de faire un tapis de pont et grâce à ses plans et avec du bois de cagette, réaliser des demie-coques décoratives telles qu'on en voit chez les shipchandlers.

J'ai hâte de voir ça !

D'autres, les peintres semi-professionnels, les amateurs actifs nous montrent leurs productions et c'est matière à parler de peinture, de goûts, de couleurs qui comme chacun sait, ne se discutent pas.

Ici, oui.

Certains veulent savoir quelque chose de la couleur à l' huile, l'aquarelle, je propose et apporte l'acrylique plus «facile» mais c'est surtout l'huile et l'aquarelle qui sont bien compliquées. Nous y viendrons doucement si l'acrylique éveille des vocations et quelques volontés.

Ce n'est qu'aux deux dernières séances qu'est venu le materiel de peinture.

Il a servi aux uns pendant qu'à l'autre bout de la table la voiture en pâte-à-papier continuait d'avancer.

Elle est maintenant presque finie, prête à peindre car le meccano en chef a suggéré qu'elle pourrait être

rouge. (Rouge Ferrari.)

Je l'ai promis : on peut mais c'est du taf et grâce à cela, les uns coloriant du papier, l'autre finissant notre voiture, nous parlerons finalement de la même chose ensemble : Couleurs primaires, valeurs, densités chaud / froid, clair / obscur, et du fameux cercle chromatique qui est une chose très compliquée en théorie mais je la connais un peu, cela suffit car nous ne parlons pas de théorie, nous pratiquons à la brut (vous connaissez l'Art Brut ?) découvrant ainsi, du bout des doigts et de manière sensible ce qui fait les règles de l'Art et ses difficultés.

.

Nous sommes sortis aussi,

à Beaubourg, un dimanche après-midi pour voir et parler de la Fontaine Des Automates de Nikky de Saint-Phalle et Jean Tinguely qui sont des artistes dont il semble qu'on peut se dire en les voyant qu'il est aisé de produire des images, qu'il n'est pas indispensable de bien dessiner.

Apte à décomplexer le béotien. A encourager l'amateur. Faire dire à tous :

« après tout, je peux.»

Par leurs façons très différentes et cependant intimement complémentaires, ils montrent qu'ils n'est pas utile de connaitre l'anatomie, la perspective ni la composition et encore moins le cercle chromatique pour faire péter la couleur ou l'abolir pour arriver à s'exprimer.

La volonté suffit. L'envie.

Voici l'affichette qui invitait au rendez-vous :

Je veux croire que le message est passé. Je serai là pour voir.

Je peux dire déjà que ce fut un après-midi de promenade, une ballade diletante pour nos participants comme elle le fut pour moi.

Pour nous tous, une occasion d'enseignement par l'image pour constater qu'il est un moyen de parler, de montrer, communiquer par le moyen de l'Art.

Oui, on peut faire ça vite, pour pas cher, en s'amusant aussi et sans le savoir vraiment, se prendre un peu la tête quand même sur des trucs sans conséquences dont on peut parfois tirer

quelques déceptions certes mais de la vanité aussi

car chacun crois râter, se tromper, faire moche,

il n'y a que pour l'animateur que cela n'importe pas.

Il voit de séance en séance tout le bénéfice qu'apporte le simple fait de faire.

Moche où beau n'est pas la question.

Que faire ? Comment faire ? Et avec quoi ?

suffisent à occuper la trop courte soirée du mercredi.

Je veux croire que chacun y trouve du plaisir car pour ma part c'est avéré et pourtant, nous n'en sommes qu'au début.

Vous ne le savez peut être pas mais moi, je l'ai vécu et je peux attester :

« En Art, le plus dur, c'est les 60 premières années.» Edgard Degas.

.

Paris, 18 décembre 2010. François Lachèze pour

.

.

.

Posté par debrouille cie à 14:53 - Commentaires [0] - Permalien [#]

26 novembre 2010

Nous voulions faire une affiche. On nous en demande deux.

.

TOUS LES DESSINS SONT DE AÏSSE, KADJIDJIATOU,YOUSRA, ADAM, FLORENT & FRED.

TOUTES LES PHOTOS SONT DE ZELMAR.

_________________________________

.

Le Centre Social & Culturel Danube Solidarité souhaite réaliser deux affiches :

L'une est pour la fête du Quartier Petit dans le 19ème arrondissement de Paris dont le titre donné par l'organisation est "Mon voisin me fait signe", l'autre pour le Noël du Centre le 22 décembre et pour laquelle il faut trouver un titre.

Le lundi, le mercredi, 3 semaines, 6 séances en tout pour 5 ou 6 gosses voire 7 ou 8 qui sont ici pour une heure, après les devoirs, les leçons et la rude journée passée.

Zelmar nous a briefé comme un vrai annonceur et donné le cahier des charges que j'ai noté en haut du paper-board.

Nous avons commencé par chercher le titre manquant.

Brain-storming in de kitchen at tea-time :

Je ne dis rien sauf "s'il vous plaît, pas tous en même temps...".

Je note tout. C'est le principe.

En 10 minutes la feuille est remplie.

_IMG_0480

Chacun choisit un titre, un seul, je mets un point rouge devant celui qu'on me cite.

_IMG_0488

Ceux qui ont eu droit au point rouge sont renotés.

_IMG_0485

Chaque titre est lu, relu et re-relu.

Je leur demande de penser à une image qui représenterait ces mots.

Pas encore de la faire mais d'y penser. Y penser vraiment. La voyez-vous dans votre tête ?"

_IMG_0484

"Admettons que je ne parle pas votre langue, leur dis-je, comment  me diriez vous ça avec un dessin ?"

et quoiqu'ils disent " Tu peux préciser steplaît ? " et encore " tu pense pouvoir le dessiner ça, aussi clair que tu me le dis là ?"

_IMG_0489

ça se précise et l'heure passant, ayant déjà ramassé ça, je tourne la page et je leur donne des gros feutres noirs.

Je laisse couler l'eau tiède...

_IMG_0492

La séance suivante, j'apporte le matos. Du gros.

Acrylique noire bien diluée et pinceaux.

_IMG_0509

Le centre fournit les feuilles A4 où j'ai coupé 3cm en haut et 3 autres à droite (c'est pour scanner A4 plus facilement)

"Virez les chaises, je dis, on n'est pas à l'école et je ne suis pas au bureau.

- Mais moi je... tente l'un,

-Teu-teu-teu ! Les artistes sont debout et en mouvement perpétuel. Il sont ultra-mobiles et veulent toujours pouvoir rebondir sauf les paraplégiques bien entendu quoiqu'eux aussi lorsqu'ils peignent, ils roulent énormément..."

Ma seule consigne est : " n'hésitez pas à tremper le pinceau jusque là et mettez'-en sur la feuille autant que si c'était du Nutella sur une tartine".

Et encore : "Si ça fait des taches laissez venir j'ai mis du papier pour protéger les tables et personnellement, j'aime bien les taches mais si vous en mettez sur vos mains attention, ça ne part plus. C'est in-dé-lé-bile..."

ce qui est totalement faux - ça se lave à l'eau - mais grâce à l'attention, à la tension, oblige le peintre même débutant à tenir son pinceau à la façon des peintres toujours debout et non comme le stylo que tient l'auteur à jamais assis.

Ainsi ça vient tout seul et je vois se faire - moment de grâce - le Geste Auguste du Plasticien.

_IMG_0504

ça usine... Tranquille...

(Mais attention Florent, on n'a jamais vu aucun artiste digne de ce nom à genoux. Question de déontologie : On ne s'écrase jamais ! Pas de courbette, on n'est jamais plié sinon de rire.

Devant personne !!! Ni tyran ni seigneur ni tribun.

S'ils sont à genoux c'est devant leur Chérie qu'ils peignent en Madones, en Déèsses ou en Fées.

Des peintres couchés on en a vu, mais c'est qu'ils étaient morts et nous on les pleurait...)

_IMG_0505

Les goûts et les couleurs, ça ne se discute pas à c'qu'y paraît,

b'en ça tombe bien, on est en noir et chaque dessin se discute, s'ausculte, s'analyse et appelle une suite, un déroulement, une autre tentative :

_IMG_0514

Je dis à Adam :" Mets ton sapin là-bas, reprends une feuille.

- Il est pas beau !

- Mais moi j'm'en fout' s'il est beau ou pas beau, tu te pose trop de questions, est-ce que c'est un sapin déjà ? c'est ça qui m'intéresse.

- Mmoui.

- B'en oui, pour moi aussi, Tu as voulu dire "sapin" et moi j'ai vu un sapin. ça t' suffit pas pour ce soir ? "

Tiens, testons auprès d'un panel représentatif :

Chère Lectrice, Cher Lecteur clairvoyant et subtil de ce blog, que vois-tu sur cette feuille blanche ?

_IMG_0519

C'est d'la bombe ce dessin !

(mais ça, je ne dis pas, pas encore, je dis juste : "grouilles-toi, fais-en un aut' ou aut' chose si t'as l'idée"...).

Enfin, tout le monde est debout. Le volume à baissé pour quelques secondes.

Un vrai silence d'atelier où l'on écoute, où on s'entend parler et parfois ne rien dire et c'est le mains qui parlent.

Le papier lui, il hurle !!!.

On ne lache pas la ligne et je veux les suivre toutes.

_IMG_0510

Quand une feuille est pleine, on la pose là et on prend une feuille blanche dont aucune à ma connaissance, n'a fourni à personne la fameuse angoisse qu'elle devrait soit-disant provoquer.

Si quelqu'un à pu s'angoisser durant ces séances ce sont les feuilles elles-mêmes qui en ont entendu des vertes et des pas mûres et qui en ont vu de toutes les couleurs.

Moi idem.

_IMG_0527

Non mais matez ça...

_IMG_0513

Oui ça !

_MG_0531

que le soir même je scannerai comme ça :

_img122

Pour en faire ceci :

_Mon_Voisin_Me_Fait_Signe___Def___01

Et la main en bas de cette photo...

_MG_0536

peut-on la voir comme ça ?

_img129

ou bien encore comme ça ?

__img129

et tout installer sans problème...

Mon_Voisin_Me_Fait_Signe___Maquette_02

Que fera t-on de ce Père-Noël ?

_IMG_0534

Que fera t-on d''un renne ?

_img126

(Magnifique non ? L'artiste en doutait.

(Je n'ai pu lui expliquer que c'est pour moi un mix parfait entre Lascaux et Les Simpsons, deux formes d'Arts que je venère car j'aurai dit "venère" il eût compris tout autre chose peut-être...)

Quand c'est bien une fois, on le refait deux fois, je veux dire qu'on en fait deux autres (au prix qu'ça coûte) et ça se fait en 3 zgondes.

Comme ça...

_img127

ça pourrait finir ainsi, je veux dire COMMENCER comme ça :

_Sans_titre_002

pour faire quelquechose comme ça :

_Le_22_d_cembre_C_est_No_l___def_de_def

Les 2 affiches cote-à-cote - la rouge, la jaune - ça fera un beau drapeau...)

Quand ils en ont eu assez un peu avant la fin, j'ai voulu faire le portrait de l'un d'eux.

J'en ai voulu un, on m'en a demandé quatre.

Je veux dire que chacun en voulait quatre ce qui fait 16 au nombre...

On avait 5 minutes.

_IMG_0523

ça commence gentiment, mais je déteste dessiner en public même restreint, même acquis, même adorable mais j'ai commencé, je dois finir, ne pouvant dire : "J'arrête, c'est moche." ça foutrais mon heure de théorie pédagogique jusqu'au boutiste par terre?

Alors, je continue opiniâtre et résigné, en dépit des moqueries auxquelles on me croit sourd... 

Les plaisanteries fines fusent, sans pitié pour le peintre qui lutte ni pour le modèle qui subit stoïquement.

_IMG_0524

Enfin, l'ambiance atelier et entre artistes y'a rien qui gêne.

Le silence se fait tout seul pour encore deux minutes.

Un ange passe.

Tea-time iz over. Kids, it'z time 2 go.

Follow de Line...

_IMG_0526

Le travail n'est pas achevé et même si nous oui, nous reprendrons pour encore une séance notre acrylique et nos pinceaux pour que nos affiches soient faites sur la terre comme au ciel. Amen.

._.

Puis ce fut la dernière séance de cet atelier de création éphémère.

Les artistes ont si bien produit les 3 premières fois que j'ai de quoi faire 30 affiches, de quoi décorer les murs du Centre pour la fête, faire une multitude de petits drapeaux qui flotteraient au plafond sur des ficelles, d'autres feraient abat-jour sur les néons ou rideaux aux fenêtres, on peut faire des flyers format A6 pour les boîtes-aux-lettres et que sais-je encore.

3 séances : moins de 3 heures de fins de journée : j'en reviens pas.

Ces lascards me scient les pattes...

4 séances c'est beaucoup mais pas assez pour réaliser avec eux le travail qui permet de faire d'un dessin une maquette.

Tout ce travail que j'espère un jour pouvoir faire avec eux mais le délai étant ce qu'il est, j'ai fait seul durant le week-end - par chance pluvieux et froid - le scannage, le cleanage, le cadrage, la mise en couleur.

Tout ce qui fait d'un dessin dilétante, une affiche qui tape dur.

02_Def____a_peint___Sapins    03_Def____a_peint___Sapins    04_Def____a_peint___Sapins 

05_Def____a_peint___Sapins    06_Def____a_peint___Sapins    07_Def____a_peint___Sapins

  08_Def____a_peint___Sapins    09_Def____a_peint___Sapins    10_Def____a_peint___Sapins

Voilà.

Il était aisé après ça de faire de l'esprit et c'est venu tout seul sur ce poster Spécial Sapins que personne n'avait songé à me demander pas même moi et que j'espère néanmoins voir au mur gros comme un abribus (120x170) :

oo01Def____a_peint___Sapins

J'aurais pu faire de même avec les maisons venues en nombre pour illustrer " Mon Voisin Me Fait Signe", avec les rennes venus seul ou en troupeau, avec les étoiles dont j'ai toute une constellation.

Je sais maintenant que nous pourrions le faire sur n'importe quel autre thème, expliqué par d'autres mots murement choisis, illustrés par un dessin juste et riche de sens qu'on peut croire vite torchés mais que la multitude et un peu d'application, d'intérêt, de plaisir j'espère ont embelli, ennobli, magnifié tels ces sapins,

Tous semblables, tous différents et cependant chacun d'eux crie "Sapin !"

ooD_o___a_peint

Ainsi savez-vous d'où ça peint...

__________

les sapins déclinés en affichettes, fanions et sous-verres ont décoré le centre le jour de la fête.

Les deux affichettes furent imprimées.

Voici comment cela fut placardé à notre vitrine et si vous sentez que de tout cela nous étions un peu fiers,

c'est que nous l'étions beaucoup.

_Le_22_d_cembre_C_est_No_l___def_de_def  _Mon_Voisin_Me_Fait_Signe___Def___01

Ces gosses sont formidables.

.

.

Posté par debrouille cie à 13:54 - Commentaires [0] - Permalien [#]

03 octobre 2010

Un week-end ordinaire à la Débrouille Cie.

Samedi 25 septembre 2010 pour La Journée de l'Environnement. à Rungis nous avons monté notre piège à gosses.

Pour cela nous avons le plan d'enfer qui marche à tous les coups :

Nous prenons une grande tente, nous la coupons en 2.

Côté boutique nous jetons quelques trucs en pneu, en boîte de sardines, en sacs plastiques tricotés venant de partout.

Les parents sont scotchés, s'extasient, se renseignent, achètent à tour de bras ces objets insolites et superbes.

Côté atelier nous mettons sur les tables d'énormes ciseaux, des cutters redoutables, des clous mortels et des marteaux assassins pour travailler des matériaux pourris car - c'est connu - on n'attrape pas les mouches avec du vinaigre

On explique deux ou trois trucs élémentaires, les gamins s'étonnent et tombent dans le panneau s'abîmant dans des tâches précises, rigoureuses où ils s'appliquent, opiniâtres, perdus pour leurs parents et le reste du monde.

Rungis___25_09_2010___02

Cette jeune-fille en rouge là, dites moi si elle n'est pas abîmée...

Regardez- la franchement, plus abîmée tu meurs mais que font les parents ?!?

S'abîmer et ne rien abimer c'est ça l'exploit et la subtilité de la langue française...

Rungis___25_09_2010___05

Devant, la table d'exposition des ateliers couverte de petits moulins-à-vent, de poule, de scorpion, d'éléphant et d'hommes courants en fil de fer les attirent,

<< ça se vend ? peuvent-ils dire.

- Oui, 12 000€ pièce, sinon, ça se fabrique. Je peux t'apprendre et c'est gratuit...>>

Les Hélicos à Sékou pendus en grappe les intriguent.

Le test qu'on leur laisse faire tout autour de la tente les jettent immanquablement dans nos rets.

Nous les précipitons dans nos caisses de bananes remplies de déchets, de débris et d'usure pour les user encore puisque ça, c'est possible avec nos outils neufs et bien appropriés.

Nous le savons. Ils le sauront dans 20 minutes nous pouvons le promettre.

Ainsi scotchés, nous n'avons plus qu'à les mettre au boulot et ça turbine croyez-moi. Sans moufter.

(Sans se blesser non plus, jamais, remarquez bien...)

Regardez encore cette jeune-fille en rouge, ne la perdez pas des yeux mais vous n'existez plus pour elle...

Elle est à ce qu'elle se fait. Nous avons tout fait pour et n'avons maintenant rien à faire qu'a voir faire.

Rungis___25_09_2010___03

deux, trois, cinq, chacun vient faire ce qu'il veut : bijoux en chambre-à-air, Hélico en boîte de conserve ou moulin-à-vent en capsule et bouchon.

Rungis___25_09_2010___06

<< Non mademoiselle, la pince, c'est pas comme ça...

Rungis___25_09_2010___13

Vous rappelez-vous comment j'ai fait ?

...comme ça, oui.>>

Rungis___25_09_2010___07

<< Pour taper sur un couvercle de boite sans se taper les doigts il y a un truc simple : On ne met pas les doigts SOUS le marteau ni le marteau SUR les doigts. essayez ça...>>

(ça marche.)

Rungis___25_09_2010___12

<< Sinon, pour trouver le centre d'un cercle, on peut faire comme ça : >>

Rungis___25_09_2010___10

( rien d'autre à dire. Plus rien a faire.

Le mien a marché, le sien marchera...)

Rungis___25_09_2010___11

Ils'en vont, d'autres viennent qui les ont vu passé...

Rungis___25_09_2010___08

Un moulin pour lui, et s'il a encore dix minutes on fait un socle superbe avec ce qu'on a avec un cintre détordu / retordu.

Rungis___25_09_2010___09

Ils repartent et font tourner le truc qu'ils viennent de fabriquer.

L_h_lico___S_kou_de_Rungis

Ils pilotent comme des as mais on peut croire en les voyant que c'est plutôt le truc qui les fait tourner, les fait marcher et courir même...

Rungis___25_09_2010

Lui a tout expliqué à son père incrédule qui sait, lui, ce qu'est un engrenage et sa complexité.

C'est ça que son fils lui apporte en roulant mine de rien. << Hé t'as vu ? c'est moi qui l'a fait !!! >>

L_h_lico___S_kou_de_Rungis_02

Ils tournent un peu, ils disent merci puis on les perd de vue, repartis au volant de leurs drôles de machines vers des parents amusés, contents peut-être d'avoir bénéficié d'une demie heure de baby-sitters gratuits, gracieux, inventif, astucieux et à l'air sommes toutes, plutôt satisfaits de leur agréable journée à l'organisation et à la réception impeccable.

Le soir même nos partions en Normandie, à la Louveterie de Thuit-Hébert où à lieu le festival N'en jetez plus! qui réunit des artistes et artisans responsables et de bonne compagnie.

Au réveil chez nos hôtes, nous avons rencontré cette danseuse de Sékou s'agitant furieusement devant un Pinocchio assis, un peu colère, habilement sculpté pour faire des articulations aux coudes, aux hanches et aux genoux, tourner la tête, les mains et les pieds.

Travail de haute précision qui a su ne pas effacer l'origine rustique du matériau en lui laissant sa peau d'écorce.

_7h00_dimanche_en_Normandie___La_Danseuse___Pinocchio_m_attendent_devant_ma_chambre

C'est l'oeuvre du propriétaire d'ici - un ex-ingénieur, ça se sentait sous l'écorce -  qui me dit avoir fait ça un peu pour rigoler avec des bûches destinées au poêle-à-bois.

Dommage que l'idée n'ai pas suivi de faire aussi Gepetto et la fée bleue, le poisson géant, Mangiafuoco et les ânes mais non, tant pis. Sékou lui, des danseuses il en a fait plus de 300 et son patron d'origine est dans un atelier de Bamako, opérationel et reproductible à l'envie.

Mais Sékou à Paris avec des boîtes de conserve qu'on lui met dans la rue et Michel ici avec les bûches entassées près du poêle+, sans se connaître ni connaître le travail de chacun comme je le vois ici, intimement rassemblé, ils ont fait le même chemin et produit quelque chose qui est encore là.

ils se sont débrouillés avec ce qu'ils avaient à leurs pieds pour le mettre sous la main et faire vivre tout ça.

C'est un taf...

Nous aussi nous tafions. En live.

Dans un champs d'herbe grasse, des tentes, une grande pour nous, coupée en deux - nous avons l'habitude - un côté boutique et l'autre atelier.

Devant l'atelier, une palette trouvée ici pour mettre en scène nos pauvres matériaux et faire en sorte qu'ils attirent le promeneur.

La_Normandie_06

des moulins-à-vent, des citrons à pattes, des trucs et des machins...

La_Normandie_01    La_Normandie_02    La_Normandie_05    La_Normandie_03

Derrière, une caisse pour chaque activité avec de la matière et des outils appropriés.

La_Normandie_07

Dessous, des réserves.

La_Normandie_08

Au milieu une table, trouvée ici aussi avec ce vert céladon du meilleurs effet, posée sur deux tréteaux et encombrés d'outils.

flout____La_Normandie_11

Nous avons du flouter les visages de ces gosses pour de bêtes histoires de droits à l'image, tant pis mais nous l'avons vu, nous, l'attention dans leurs yeux, l'amusement qui venait du bla-bla et des rires bon enfant.

Il est sorti toutes sortes de choses chacun choisissant son sujet et sa matière.

Nous n'avons fait que quelques photos....

La_Normandie_09

Ainsi mademoiselle qui fit un arbre que nous pourrions noter ainsi :

10/10 pour l'imagination et la torsion du fil de fer.

10/10 pour le perçage et le façonnage du couvercle de boîte.

+ 3 points pour la présentation sur ce fond idoine.

Total 23/20. Très bien, à refaire.

La journée est passée comme ça et en rentrant pour la nuit dans cette belle maison, nous eûmes ce doux sentiment de partir en week-end...

Pendant ce temps, deux des compagnons de notre Compagnie étaient à Feigneux dans le Nord pour la manifestation Jour De Fête et faire avec d'autres gosses à peu près la même chose que nous.

Un week-end ordinaire à la Débrouille Cie.

Posté par debrouille cie à 12:23 - Commentaires [0] - Permalien [#]



22 septembre 2010

Les sommets de l'Art-Pla.

17 septembre 2010, de 14:30 à 16:30.
Un atelier d'arts-plastique dans le XVème arrondissement de Paris.

Pour inviter l'évènement une affichette fut posée 2 jours avant à l'entrée de la salle polyvalente où chacun peut passer, rester ou pas, dessiner ou regarder dessiner avec des crayons ridicules où peindre avec de drôles de pinceaux.

Basse_def_affiche_pour_l_ouverture_de_Baudricourt

_Arts_Pla

-

_S_assoir

-

_Le_d_but_du_commencement

-
__de_l____l_

<< Et où qu'on le trouve le petit carnet qu'on à promis ?

- On se débrouille...>>

_Les_petits_carnets

1er arrivé avec un désir de faire : Qazi qui vient d'Afghanistan.

Baudricourt___1_re_s_ance___01

Il fait une t^te en choisissant le plus petit de mes gros pinceau.

Une fois fini, je lui demande un autre dessin avec un plus gros.

Il refait la même tête. Un truc à lui...

Pour le remercié d'avoir subit mes dictat avec application, je lui donne un carton et lui dis de choisir l'outil qu'il veut et qu'il fasse ce qu'il veut.

Il fait ça :

Baudricourt___1_re_s_ance___02

("10-2010" en bas de la photo ci-dessus c'est une erreur de ma part.

Nous somme bien en 09-2010 mais le "P" au dessus de cette fausse date c'est le vrai signe de Patrick qui soit-disant ne sais rien faire...)

Baudricourt___1_re_s_ance___03

Oui, Il y tient à son truc et ça, même si c'est un vrai truc d'artiste, ce n'est pas moi qui lui ai appris ça, pas en moins d'une heure mais pas de doute, il est venu d'Afghanistan avec ses bagages or moi, je sais faire le porteur de valises pour des gars de ce genre.

Baudricourt___1_re_s_ance___04

La première feuille en bas de là photo ci-dessus c'est moi qui l'ai rempli sur les injonctions de ceux qui ont injoncté.

Sur la feuille au dessus c'est moi peint par Samantha, (lunettes, pantalon noir - polo blanc alors que mon polo était noir et mon pantalon blanc : Licence artistique. Rien à dire et je me reconnais.

Qazi s'applique encore assis sur ses talons et ça non plus c'est pas franco-français comme pose.

Son voisin vient de N.L.S << C'est quoi ? - Noisy-Le-Sec.>>

Baudricourt___1_re_s_ance___05

Il se lève. Des callygraphes chinois travaillent parfois comme ça...

Baudricourt___1_re_s_ance___06

Jackson Pollock aussi - L'Action Painting avant les années 60.

6bis___Pollock_in_action

"BKO" c'est Bamako.

"Touboutou" c'est "Tombouctou".

(L'orthographe est la science des ânes comme dit Napoléon...)

Baudricourt___1_re_s_ance___07

Lui aussi - sur la photo qui suit - est passé là un peu par hasard et il ne veut rien faire, il regarde un peu, on papote et finalement, il prend un pinceau et part au fond où il a vu un blanc hospitalier.

Baudricourt___1_re_s_ance___08

Lui aujourd'hui comme ça.

Le même Pollock hier...

8_bis___Action_painting_by_Pollock_

Quant au rond parfait à main levée, c'est du Rembrandt.

Baudricourt___1_re_s_ance___09

Le triangle et le carré en plus, ça me fait penser à Léonard de Vinci carrément mais j'ai pas la photo.

Baudricourt___1_re_s_ance___10

En tout début de séance, pour appâter Patrick ( l'épater pensais-je), j'ai pris un gros pinceau avec de l'acrylique noire liquide comme du miel et j'ai dit:

<< Regarde ce que je fais comme F avec ça...>>

Oui, mais lui, dit-il, ne sait rien faire et il ne fera rien car breton, il est tétu précise t-il.

Car_n__07

Vanessa et Samantha travaillent ici-même et coordonnent toutes les activités et puisqu'elle sont là, elles ont droit au carnet, aux pinceaux, à tout, c'est bien le moins...

Car_n__08
-

Car_n__01

-

Car_n__02

Après en avoir fait comme celui-là plus grand, plus gras, dans les embouteillages du périph en rentrant en camion, j'ai tué le temps mort en pensant encore à la naissance, à l'essence de l'Homme...

Car_n__03

-

Car_n__04

-

Car_n__05

Après dîner, après le café j'ai encore pensé à ça mais sérieux ce coup là. Profond. Intelligent...

Car_n__10

-

Car_n__06

-

ça, c'était Vendredi dernier, le mercredi suivant, de 19:00 à 21:30 je suis allé dans un centre voisin pour donner exactement le même atelier mais c'est connu :

On ne se baigne jamais deux fois dans le même pot de peinture...

Nouvelle affichette donc :

Basse_def_affiche_pour_l_ouverture_du_Relais_des_Carri_res

La salle d'arts plastique est + petite mais qu'importe, on pousse les tables, on empile les chaises vides, on se débrouille et après le petit passage obligé par le carnet, hyper-silencieux on se retrouve par terre et les langues se délient.

_Relais_des_Carri_re_01

J'ai quelques photos de gens au travail mais je crains l'usine à gaz du droit à l'image qui ne m'a pas effleuré pour la séance précédente (mais je demanderai).

En attendant j'ai recadré mes images et envoyé les fichiers qui suivent aux coordinatrices pour qu'elles en fassent, si elles le désirent, des affichettes capables d'attirer d'autres participants et montrer à ceux qui y étaient ce qu'on a vraiment vu.

Le_Geste_Auguste___affichette

-

Zen_ou_speed___affichette

Encore une ? - Je vous en mets deux :

F_minin_masculin___affichette

-

Les_mains___les_pieds___affichette

Dessine-moi un O steplaît.

Dessine_moi_un_O

Merci.

Voilà, demain vendredi, c'est la 2ème séance dans l'autre centre.

ça commence comme ça :

<< Oubliez vos carnets,

pas de crayons, pas de pinceaux aujourd'hui et néanmoins, je voudrais qu'on dessine l'Homme encore.

Le même que la semaine dernière ou un autre mais aujourdhui voyez, je n'ai que du fil de fer.

Une bobine.

50 mètres de pur acier. Moins de 3 balles...

Je vous en donne 50 centimètres,

Pinces coupantes, grosses pinces, moyennes, petites et minuscules j'ai tout là,

voulez-vous essayer ça ? Je n'ai rien d'autre.

Il n'y a pas de plan B. >>

[ à suivre donc...]

Posté par debrouille cie à 12:17 - Commentaires [0] - Permalien [#]

07 septembre 2010

<< A qui il est le nounours ?

- Il est à l'envers.
- Mais comment ?!?
- B'en comme une chaussette...>>

A La Débrouille Compagnie nous détournons, nous contournons pour user encore ce qui l'est déjà.

Nous tournons bien comme ça mais maintenant aussi, nous retournons.

Pour commencer nous avons pris le commencement.

Dès la naissance, l'aube de la vie.

Que nous fut-il donné outre le nécessaire vital et l'Amour ?

Rappelez-vous, avec le hochet et la boîte à musique qui tourne il y avait sûrement le voire LES nounours

mais

Le_Nounours___l_envers_000

-

_Nounours___l_envers_01

-

_Nounours___l_envers_19

-

_Nounours___l_envers_20

_Le_retournement_du_nounours_06

_Nounours___l_envers_21

_Le_retournement_du_nounours_07 _Le_retournement_du_nounours_08 _Le_retournement_du_nounours_10

1> Déballoner.                    2> Retourner.                    3> Rebourrer.

_Nounours___l_envers_22

_Nounours___l_envers_03

-

_Le_retournement_du_nounours_15

-

_Nounours___l_envers_07

-

_Nounours___l_envers_06

-

_Nounours___l_envers_05

-

_Nounours___l_envers_10

-

_Nounours___l_envers_12

_Nounours___l_envers_20

_Nounours___l_envers_13

_Nounours___l_envers_22

_Nounours___l_envers_11

-

_Nounours___l_envers_18

-

_Nounours___l_envers_14

Si vous avez chez vous (vers Paris et banlieue) des peluches qui encombrent vos caves et vos greniers, nous assurrons le débarras gratuit à domicile et le stockage gracieux. Cela nous permettra d'animer des ateliers sur ce thème nous semble t-il, riche en retournements.

Posté par debrouille cie à 00:25 - Commentaires [0] - Permalien [#]

17 août 2010

Qu'est-ce qui peut encore faire courir un gamin de Belleville quand il a déjà couru avant-hier avec son Hélico à Sékou ?

C'est le Moulin-à-Vent.

Dans notre bureau open space des hauteurs de Belleville, nous avons démarré un atelier à 16 heures.

Nous étions coinçé là pour 2 heures et demie, le stress nous agitait, le mal-être nous secouait car c'est ça parait-il, la vie de bureau et c'est vrai nous l'avons senti.

<< y a qu'a voir la tête du bureau ! >>

Tu_parle_d_un_bureau

Les gosses ont refait les mêmes moulins-à-vent qu'ils ont déjà fait hier (pfff, que c'est répétitif la vie de bureau...)

Ici, à peine sorti le matos et lancé les moulins, on met sur over-drive et, comme hier ce fut bien expliqué mais surtout très bien compris et utilisé, on les laisse faire et tout roule au moindre courant d'air.

On repense alors à son téléphone dans la poche, on allume, on se recule et on peut faire quelques photos...

Le_seul_de_vendredi

Un, puis deux font ça en expert sous les yeux attirés des passants,

Les_2_de_vendredi

Leurs avis plus ou moins acceptés, leurs conseils plus ou moins judicieux ne les distraient jamais de la tâche qui les capte,

Les_3_de_vendredi

Ceux-là s'en vont en courant pour que le moulin tourne, d'autres arrivent et font de même.

Ceux qui savent montrent aux autres. Tous s'appliquent, s'ils râtent ils recommencent

<< au prix qu' ça coûte dites ! >>

Ils partent tous en piaillant comme des nuées de piafs.

Quand_la_Chine_s_envolera

Ils ne s'envoleront pas rassurez-vous, je peux le certifier (j'ai testé) mais je suis sûr qu'ils en rêvent.

Pour l'instant, ils courrent ils courrent les gosses multiculturels sur les hauts de Belleville et ici ou ailleurs, nous en ferons courrir bien d'autres...

Posté par debrouille cie à 10:24 - Commentaires [0] - Permalien [#]

11 août 2010

Qu'est -ce qui peut faire courir un gamin de Belleville ?

C'est l'Hélico à Sékou. Tel que Sékou nous l'a montré.

Avec des gestes précis, minutieux, technique en nous racontant qu'il faisait ça tout gosse dans les rue de Bamako, initié par d'autres gosses à peine + agés.

MODE D'EMPLOI :

__L_h_lico___S_kou___Mode_d_Emploi_part_I

__L_h_lico___S_kou___Mode_d_Emploi_part_II

Sur le papier après, je l'ai transcrit comme ça. ça paraît simple et ça l'est à condition de s'appliquer partout

et + encore sur cet axe et ces 2 trous qui, mal fait, font mourir le projet.

_Photo1694

Redresser un cintre correctement n'est pas facile.

Faut-il pour autant ne pas le faire ?

Nous avons commencé par defaire l'attache en queue de cochon avec nos grosses pinces.

Nous avons demandé qu'ils détordent autant qu'ils pourraient nous finirions le reste mais du moins auront-ils tâté la dureté de ce fer, la facilité à le tordre ici à mains nues et là avec cette méchante pince que j'interdis qu'on touche.

_Photo1696

Idem pour enfiler une bande de gomme sur la petite boîte ronde...

Dur ! Faut-il pour autant laisser tomber ?

<< C'est ça ouais. C'est ça...>> pense t-il en instalant l'élastique trop petit sur la boîte trop grosse mais fingaz 'n de noze grâce à son

tour de main :

_Photo1697

Ils essaient eux-mêmes, ils pédalent dans la semoule, c'est un plaisir, mais s'ils s'y mettent à deux ils y arrivent mieux et ça oblige à l'échange de bons procédés.

Les plus grands y parviennet à 4 mains, parfois, 2 des nôtres, On montre comment ajuster également partout pour faire un pneu valable.

Les plus petits on les laisse tout râter jusqu'au bout (ça les occupe pendant qu'on finalise avec les autres puis on leur prend le truc et sous leurs yeux (quand ils ne regardent pas l'objectif) on l'enfile comme un chausson à un bébé, c'est un tour de main, on dit modestement et à lui seul :<< Moi je fais ça comme ça mais j'en ai déjà fait 1000 de ces trucs et mon premier était aussi râté que celui-là. Mais t'sais, c'est comme au basket, quand on s'entraîne bien on met des paniers...)

_Photo1698

<< Tu vois là ? j'y dit.

- hu-hu.>> qu'y m' fait.

_Photo1699

Tous ont la tige de fer plus ou moins droite avec au bout des flacons en plastiques plus ou moins découpés-pliés pour faire l'hélice..

Tous ont une boîte plus ou moins bien entourée de gomme avec deux trous plus (hélas) ou moins grands (comme j'ai dit banane !).

C'est la 3ème fois que je le répète : les trop gros trous sont voués à l'échec.

La mort annoncée assurée, certifiée de l'Hélico à son premier vol d'essai.

Je ne leur dis pas mais ils feraient mieux de laisser tomber l'hélico tout de suite et aller sur le terrain faire du basket avec les 30 autres.

(Oui, on en a une dizaine autour de la table et ils en ont 30 à l'atelier sport et les 10 qu'on a, peut-être sont-ils en pause ou pire : hors-jeu carton rouge. )

Quoiqu'il en soit, ils veulent le finir le truc et c'est presque fini.

_Photo1701

Pour gagner du temps, certains feront l'hélice avec 3 bouts de ruban adhésif. Une hélice provisoire.

Nous avons dit << Vous pourrez finir chez vous avec votre mère si elle a des petits ciseaux de couture. Vous avez vu comment j'ai fait ? Vous pourrez lui expliquer ce qu'elle doit faire ? Regardez, j'en fait un autre mais c'est le dernier. On est à la bourre !!! Avec la pointe du ciseau je rentre là. Je coupe là, là, et là. Je plie là, c'est une pale. 2 fois comme ça, 2 pales. 3 fois, 3 pales : Cette hélice a 3 pales. Z'avez compris ?

- hu-hu.>> disent-ils. (En haut - bellevillois ça veut dire "oui". Z'avez compris ?)

_Photo_1702

On enfile le flacon d'abord, et on fait le 1er pli à 90°.

Ensuite on met la boîte qui vient buter sur la perpendiculaire.

Et là, on fait le 2ème pli de cette façon indiquée sur le Mode d'emploi et que je montre présentement sur l'hélico que je suis en train de me faire.

Très dur ça. moment critique. Je recommence regardez bien :

Je remontre la même manip sur celui du plus petit car à l'impossible, nul n'est tenu mais 'faut qu' tout l'monde mange.

Ceux qui ont bien suivi tâtent un peu à leur tour de la pince bécro avec son bec pointu sous notre oeil attentif, nous aidons par des recommandations, nous prolongeons, nous finissons  nous fignolons.

Certains s'approchent de la position idéale mais peinent à faire ce 2ème angle d'équerre avec l'axe bien droit.

(Sans mentir, je l'ai déjà fait 30 fois.)

Nous terminons chaque machine au mieux non sans expliquer humblement que c'est le 1000ème cintre qu'on tords ainsi et que le 1er qu'on a fait dans notre vie n'était guère mieux tordu que leur 1er ici présent mais le savent-ils ? c'est comme au basket, avec la technique on mets des paniers.

La technique personne ne naît avec. ça s'aquiert, je sais c'est dur. Le savent-ils

<< Hu-hu.>> disent-ils.

_Photo1700

L'Hélico ci-dessous a fait 2 tours et il n'ira pas beaucoup plus loin.

Gageons vu d'ici que les trous sont trop gros, l'angle mal coudé et l'axe tordu mais c'est pas du travail ça ?

( Ou sans doute un travail cool. Oximore...)

La roue a ripé au premier joint de pavé, elle est sortie de l'axe et à tordu l'arbre de direction tant pis.

Comme dit sur le mode d'emploi en lettres capitales : c'est mort.

'Faut tout reprendre au début et tout faire comme il faut et à 6h 1/4 c'est plus possible.

La façon, rapidos, facile, superficielle, c'est de la rigolade pour faire passer le temps aux enfants qui n'aiment pas se prendre la tête après la sieste et avant le goûter. C'est dans les colos qu'on fait comme ça or nous, c'est tout le contraire. Nos ateliers s'adressent aux enfants qui ne partent pas.

Cette manière d'occuper les gosses au plus simple, au plus efficace pour que les animateur non plus ne se prennent pas trop la tête n'est pas la bonne façon de faire un hélico qui tourne bien carré.

C'est la façon de faire quoi alors ? Je ne sais pas. Je ne veux pas savoir... Je garde MA façon.

Diraient-ils qu'ayant râté leur coup et celui de ces gosses le projet Hélico doive être exclu de notre répertoire ?

<< Meuuuuh non... c'est trop top ! >>

L'Hélico à Sékou vivra. Il vient de commencé sur les hauts de Belleville.

(Sur les chapeaux de roue ah ah ah.)

Qu_est_ce_qui_fait_courir_un_gamin_de_Paris_04

Ci-dessus donc, le seul raté que j'ai photographié.

Il y'en a eu d'autres mais il n'y avait rien a voir qu'un gosse déçu devant une mécanique inerte. Son oeil triste semblait m'accuser personnellement de ne pas tenir cette promesse faite au début 2 heures plus tôt qu'en suivant bien nos gestes, en façonnant comme nous les mêmes pièces, ils devaient tous repartir avec un Héliko à Sékou opérationel et à eux exclusif

D autres ont bien marché. Voici, vers 18:15, l'atelier terminé, ce que j'ai vu sur le pavé de la rue des Envierges.

Démonstration :

Qu_est_ce_qui_fait_courir_un_gamin_de_Paris_02

Mademoiselle de Paris, habillée d'un Ebony & Ivory digne de Coco Chanel est arrivée sur le tard, a demandé à faire un tour.
3 hélicos lui furent offerts immédiatement et c'est le miens qu'elle choisit...

Une rapide leçon de conduite lui fut au préalable donnée qui explique qu'en tournant à droite, la roue est sur la gente droite. A gauche, sur la gente gauche et + exactement, que c'est en se mettant sur la gente droite qu'on tourne à droite et sur la gente gauche qu'on tourne à gauche et ce, en tournant légèrement la poignée qu'on a dans la mains. Mais ça, c'est le geste technique du pilote de vélo, de mobylette, de moto qui s'il va sans dire, va mieux en le disant.

La voiture c'est tout le contraire. On verra ça + tard avec le Pick-up à Sékou ( je suis sûr que ça existe...)

Qu_est_ce_qui_fait_courir_un_gamin_de_Paris_03

Le Prince de Belleville est parti aux commandes de son Hélico privé.

Qu_est_ce_qui_fait_courir_un_gamin_de_Paris_07

Là, je lui ai dit d'avancer son bras bien devant lui, surtout sur un sol inégal comme ici.

Dans l'entrée de son immeuble, sur son palier, dans la cuisine, dans le couloir ça va être un régal...

Qu_est_ce_qui_fait_courir_un_gamin_de_Paris_06

Italia à fait son tour.

Et il en a fait 3 sans avarie majeure. La petite a pleuré, trépigné pour faire aussi.

Il lui a dit :<< Pleurs pas. J' t'explique...>> ça l'a calmé.

Pleure_pas_j__te_montre

<< Pas comme ça. Comme ça. T'comprends ? >>

Elle a compris.

Elle est parti tourner et regarder tourner.

Qu_est_ce_qui_fait_courir_un_gamin_de_Paris_05

Très bonne conductrice et avec style, Princesse Babamako.

Princesse_Babamako

Lui alors, c'est le Cap'tain. Son truc marche à donf.

En lui disant au revoir je lui ai dis : << Ton truc marche vraiment bien, tu sais le faire tourner. Si tu vois les autres qui roulent moins bien montres-leur comment t'as fait et apprends leur à conduire.

- Hu-hu.>> qu'y m' fait.

L_h_lico___S_kou_s_il_est_bien_fait

parceque c'est peu dire que ça marche avec lui. ça court !

Et vue la foulée je ne doutes pas qu'il touche aussi au basket.

Qu_est_ce_qui_fait_courir_un_gamin_de_Paris

Ils sont partis tous en courant et c'est mieux de les voir courrir comme ça que de les savoir assis devant la télé

Ce qu'ils ne savent pas ceux-là qui furent emmerveillés par leur machine à une hélice c'est que le modèle déposé en comporte 2 qui doivent tourner ensemble en sens inverse. C'est ce qui explique cette torsion en angle de la tige de fer

Voici, sur notre trottoir de la rue de La Solidarité, notre 1er test fait avec le 1er hélico fabriqué par Sékou :

L_H_lico___S_kou_test_01

L_H_lico___S_kou_test_02  L_H_lico___S_kou_test_04  L_H_lico___S_kou_test_03  L_H_lico___S_kou_test_05

Nous expliquerons cela plus tard si on nous laisse le plaisir d'une autre séance.

Mais déjà, ça tourne et ça plaît.

Il restait là Converse All Star Chuck Taylor avec qui hier on a fait des bijoux en chambre-à-air.

J' y dis : << Fais-moi Mahamed Ali.>> Y' m'fait ça.

Converse_All_Star_Chuck_Taylor_Revient

<< Mais èh ! Hier t'avais un chat aussi. Il est où ?

- cassé ma dit-il - Ramène le demain, on mettra une rustine parce qu'elle était vach'ment belle ta bague en chat...>>

La preuve, j'ai la photo d'hier :

1_chat___une_fleur

<< Fais voir la Classe ? Pfff, la fleur ! D'enfer le chat ! approche la main...

2_bagues_pour_Boubacar

Grrr !!! quel stupide apareil qui fait tout seul le point sur le logo des chaussures et sur mes ongles de pied plutôt que sur ces parures magnifiques et sur ma bague touareg trop grande pour moi.

Enfin tant pis, c'est tout ce que j'ai. C'est mieux que rien. Le reste est dans ma tête et si je dois raconter tout je vais encore passer pour un bavard infatiguable et fatiguant comme ceux qui, en réunion, monopolisent la parole, obligent au silence, saturent le débat et ça vraiment, ça me gênerais...

-

Posté par debrouille cie à 20:53 - Commentaires [0] - Permalien [#]

31 juillet 2010

Le Grand Raid Paris-Sibiu & retour au Cabaret Sauvage.

Vendredi 30 juillet de 2 à 4 heure 1/2 nous avons commencé cette carte avec une dizaine de gosses qui nous ont trop mobilisé pour que nous pensions à faire des photos.

Puis Céleste et Emile sont venus, accompagnés de leur mère. Ils ont commencé par écrire.
Céleste est partie sur Paris,

__C_leste___Paris

Emile était à Sibiu.

Il est à noté qu'Emile ne sait pas encore écrire (soi-disant...)

__Emile___Sibiu

Puis il est parti à pied, passant les Carpates, la Grèce, l'Italie et tout ça à pieds secs...

Emile_va_de_Sibiu___Paris

Il a rejoint sa soeur à Paris.

Tous deux sont revenus sur les bords de la Mer Noire où nous les attendions sous un soleil de plomb.
Céleste à plongé au milieu.

__C_leste_sur_La_Mer_Noire

Ensuite, montrant cette mer noire dessinée d'un trait noir, nous demandons "quelle couleur pourrait-on mettre ?

- Bleu disent-ils - Oui mais comment ? - En peinture. - Mais nous n'en avons pas (pieux mensonges, nous n'ouvrons pas cette boite de Pandorre). - Crayons de couleurs ! - Pas plus. - Feutres. - non, nous n'avons ici qu'un sac plein de pochettes en plastique bleu et de la colle à bois. Est-ce possible de colorier avec ça ?

Démonstration :

C_leste___oim

C'est bien aussi en sépia mais bleu c'est bleu et collé c'est collé.

Pas trop bien, pas trop plat, faisons des vagues...

Mer_bleue_mode_d_emploi

Nous suivons de près le découpage, l'encollage et puis nous laissons faire et c'est bien fait...

Emile_et_Chlo_

D'autres arrivent et veulent participer. Ils sont roumains précisément.

"Bienvenue chez vous" leur disons-nous "Que voudriez-vous faire là-dessus ? - Beuh, je sais pas - Moi non plus - Ah b'en nous, on a des trucs..." et ça roule.

Chlo__meet_Romania

Un autre arrive, plus jeune mais il n'y a pas d'âge pour maitriser le sac plastique et le mettre dans cette mer de carton "sans jamais lui disons-nous, nuire aux oiseaux, aux poissons, aux tortues parce que sais-tu ce que ça fait lorsqu'on jette un vieux sachet comme ça à la mer ? dans la rivière ?..." etc....(nous entend t-il ?)

Chlo____T

Quand c'est assez de remplir la mer, nous faisons des étiquettes pour jalonner le chemin de Paris à Sibiu.

Nous avons donné des rectangles transparents découpés par nous dans des bouteilles en plastique.

Le_respect_de_l__tiquette

Petit marteau et petit clou pour percer.

C_leste___la_polenta

Chacun à écrit un mot ou plus copié sur notre liste de mots roumains tels que "Bienvenue", "Ensemble", "Bonjour"...

Ci-dessus est écrit "Polenta".

Ci-dessous "Fàrà" veut dire "Sans".

_Emile___Fara_fronteras

L'étiquette est percée. Dans ce trou on installe un fil de fer ainsi tordu par nous :

45_

45° exactement parceque 44 c'est pas assez et 46 c'est trop.

Si le fil de fer est trop dur ou la main trop tendre, nous le fixons nous-même en expliquant à peine.

Le geste se suffit, il parle toutes les langues...

Comme ça :

Comme__a

Et ces mains noires excusez, c'est ainsi qu'on voit chez nous le respect de l'étiquette.

Capitaine_Crochet

Ainsi terminée elle ira au mur à l'endroit choisi par ceux qui les ont écrites.

Pour cela, re-marteau, re-petit clou (ou la vrille pour les plus jeunes) et on installe son étiquette...

C_leste___le_marteau

Si le boulot est bien fait, ensuite la soeur aide son frère et veille au grain.

C_leste___Emile

Pas loin des Carpates, leur mère à fait l'ombre chinoise pour pointer un de ces signes entre Paris à Sibiu.

Alice_pas_loin_de_l_Oural

L_ombre_d__Alice

"Fàrà Frontiera" : Sans Frontière.

Tous les trois se sont retrouvés au soleil couchant. Ils ont fait quelques photos sur le Péloponnèse (Merci pour ces photos).

__La_m_re___les_gosses_sur_le_P_lopon_se

Tous sont partis, il nous est resté ça :

Multunesc___Respect

Ce vendredi soir nous en étions là :

Galaad___Chlo__qui_r_le_encore

Tous les gosses étaient partis. Nous avons encore un peu fait les idiots

__Bien_tenir_la_stagiaire_surtout

Mais pas longtemps

Chlo__floue

Nous nous sommes enfin assis 5 minutes pour apprécier le travail accompli, nous féliciter d'avoir eû mieux finalement que ce que nous espérions.

__Chlo_passe___table

Alors, nous sommes allé dîner de succulentes grillades,et de salades offertes par l'impeccable organisation sur des tables dréssées dehors backstage en compagnie des musiciens et des chanteuses qui allaient entrer en scène.

Le lendemain samedi, nous étions encore là pour recevoir qui passerait, voudrait remplir un peu de cette carte évolutive.

Après le bleu nous avons mis du vert et puis du bleu encore pour ceux qui préfèrent.

Chlo____3_d_un_coup

Peu à peu le fil rouge et blanc (que l'on voit pendre à gauche), accroché à Paris par le 1er de nos cartographes avançait vers Sibiu. Chacun y a mis le petit pas de son crochet.

grat_grat

Profitant de la présence inattendue d'un garçon plus agé, nous lui avons demandé s'il pourrait faire le drapeau Roumain.

Beau_bleu

Il nous fit cela avec le geste auguste du peintre qui réchampit.

Normal, l'outil qu'il a est un pinceau à réchampir. (le + gros que nous avions.)

Semi_professionel

S'il peint si bien les carrés, demandons-lui les ronds.

Chlo____T

Ils furent faits ainsi. Manière semi-professionelle. Superbe. Miro aurait aimé, mais bien sûr !

Picasso même...

Sibiu_enfin

Un autre arrive, tout aussi emballé, appliqué et tous deux se replongent dans la Mer Noire pour finir le travail parce que non, vraiment, ces trous blancs ce n'est pas du travail ! disent-ils.

Ils bouchent tout ça et partent satisfait. Nous le sommes aussi. D'autres arrivent.

Veulent-ils peindre ? Voilà un pinceaux plus petit pour de plus petites mains mais celle-ci en a t-elle déjà tenu d'aussi gros ? "non" dit-elle.

Le père épelle, insiste sur l'accent circonflexe de "RomÂnia", et puis voilà :

Romania

Next ! cette petite fille en vichy noir fera le même dessous :

Rom_nia

Elles partent avec nos remerciements, notre carte.

Cependant sur la table à l'ombre, on s'active sur les étiquettes telles qu'on l'a montré une fois.

Rose_et_noire

On en fait une ou deux ou trois. Avec application.

Rose

Accrocher c'est une technique :

Rose___la_vrille

D'autres arrivent qui veulent bien peindre aussi, ils cerneront de noir les drapeaux fait par les précédents.

Le grand frère d'abord fait une horizontale...

horizontal

Puis la soeur une verticale et deux...

Vertical

encore le frère. Etc.

filet_noir

La nuit venant, tout le monde est parti. Nous avons tout rangé et trop cuit déjà par cette chaude journée pour aller danser, profitant de cette incomparable lumière d'hallogène qui tapait sur le mur nous avons voulu triompher sous les sunlights.

Il faut dire que nous n'avions plus que ça à faire...

Avec les doigts nous avons fait "d" et "b" comme Dé-Brouille.

ddb

Lundi nous sommes venus décrocher le carton, lui tirer le portrait comme souvenir, c'est tout ce qui doit en rester.

La_fin

Mais il y a la deuxième face qui elle, pourra réactiver le processus si on le veut un peu.

remballage

Quoiqu'il en soit, ce fut un bon week-end...

Posté par debrouille cie à 08:59 - Commentaires [0] - Permalien [#]



Fin »